Ouarda Ferlicot
Psychothérapie et psychanalyse à Nanterre
 
70 Rue Maurice Thorez, 92000 Nanterre
 
Indisponible aujourd'hui
06 22 79 39 34
 
 
Ouarda Ferlicot
Psychothérapie et psychanalyse à Nanterre

Qu'est-ce que le transfert en psychanalyse à Nanterre ?

Le transfert en psychanalyse

Pour savoir ce qu'est le transfert et son utilité dans la cure psychanalytique et l'importance du transfert dans la cure psychanalytique.

Qu’est-ce que le transfert ?

Le transfert est une réaction affective qui apparaît dans la relation patient/psychothérapeute ou psychanalyste. Il s’agit d’un report affectif d’une relation passée qui peut prendre une connotation positive au travers de la tendresse, de l’amour ou bien une connotation négative au travers de l’agressivité ou même de la haine.

Cette relation transférentielle peut être plus ou moins intense, voire passionnelle. Pour le bon déroulement de la cure, il est préférable qu’elle soit modérée. Lacan traduira le transfert comme étant de l’amour. C’est cet amour qui devient le moteur mais aussi le facteur de la guérison.

Les effets du transfert dans la cure

Une relation positive au psychothérapeute ou au psychanalyste produit des effets positifs pour l’avancée du patient ou du psychanalysant dans la cure puisque par amour il est prêt à laisser tomber ses symptômes et à continuer son chemin vers d’autres voies que celle de la souffrance et des productions symptomatiques auxquelles il tient tant.

Mais parfois, il arrive que cet amour soit si fort qu’il devient un frein. C’est le cas lorsque le patient ou le psychanalysant pense être amoureux de son psychothérapeute ou de son psychanalyste. Nous sommes là devant une véritable passion qui peut se produire dans la cure analytique, nécessite d’être dénouée pour ne pas mettre en péril la poursuite de la cure.

Il y a aussi les manifestations de gêne, la peur de dire les choses de peur de vexer son psychothérapeute ou psychanalyste, la peur d’être jugé par lui. Ces manifestations viennent gêner le respect de la règle fondamentale en psychanalyse, à savoir, de parler librement ses pensées.

Mais une autre passion peut aussi se développer qui, comme l’amour, peut aussi devenir cause de rupture, il s’agit de la haine. Révolte contre le psychothérapeute ou le psychanalyste, agressivité, envie de lui nuire et de s’opposer à lui, sont des manifestations courantes qui freinent et empêchent la cure d’avancer et de produire des effets.

Le principe du transfert est que toutes ses manifestations d’amour et de haine sur la personne du psychanalyste ne sont en fait adressées aux parents, frères ou sœurs, les personnes aimées ou détestées dans l’enfance.

Il s’agira de dénouer progressivement cette haine mais aussi cette force qui s’oppose à la guérison que S. Freud avait repéré comme étant un effet de la résistance du Surmoi.

Nous l’avons vu, si le transfert est à la fois le moteur qui fait avancer le bateau de cure, il peut être aussi son frein et être facteur de résistance. Tout le travail d’une psychanalyse est de dénouer progressivement ces résistances.

Envoyé !

Erreur serveur


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.