Dr. Ouarda Ferlicot
Psychothérapie et psychanalyse à Nanterre
 
72 rue Maurice Thorez, 92000 Nanterre
 
Disponible aujourd'hui de 8h30 à 20h
01 85 15 27 73
 
 

Psychiatrie : existe-t-il des solutions pour éviter l’enfermement ?


À Nanterre, le 03 février 2023
Ouarda Ferlicot

La psychanalyse comme recours à l'hospitalisation et l'enfermement

Porte service hôpital

Un article du Figaro du 30 janvier 2023 intitulé « Psychiatrie : peut-on se passer de l’enfermement ? » évoque le sujet des hospitalisations sans consentement en France. Celles-ci sont autorisées en psychiatrie dans « les situations où les personnes sont dans l’incapacité de recourir aux soins en raison d’une conscience altérée de leurs troubles ou des besoins de soin, alors que leur état psychique nécessite des soins immédiats assortis d’une surveillance médicale ».

Elles sont normalement très encadrées et pourtant l’article révèle que plus d’un quart des personnes hospitalisées en psychiatrie l’est sans consentement selon une étude de l’Institut de Recherche et d’économie de la Santé (Irdes) datant de juin 2022.

Comme le rappelle le Docteur Laurent Defromont, psychiatre dans les Hauts-de-France, il est possible d’arriver aux urgences avec des idées suicidaires et de se voir hospitaliser d’office. Cette réponse, si elle peut être nécessaire dans certains cas, ne l’est pas pour tous.

En effet, une autre réponse thérapeutique existe devant des idées suicidaires : proposer à la personne qui en souffre de rencontrer un psychothérapeute ou un psychanalyste pour que ses idées suicidaires puissent être parlées. Il s’agit de la clinique de partenariat nécessaire pour qu’un professionnel médical puisse adresser à un clinicien de sa confiance un patient en souffrance psychique.

Dans l’article la prévention est évoquée comme solution en amont, soit la possibilité de recourir à des soins psychiques et des traitements en médecine de ville. Or, nous le savons, les services ambulatoires sont saturés et ne peuvent plus, depuis des décennies, répondre à la demande de soin de tous les patients. Les listes d’attente s’allongent et les patients peuvent renoncés à se prendre en charge.

Que dire des traitements médicamenteux prescrits tout en faisant l'impasse sur le traitement psychique, alors que nous savons que l'alliance des deux produit de bien meilleures effets et améliore considérablement la qualité de vie ? 

La mise en place d’une clinique de partenariat, telle que le développe le psychanalyste Fernando de Amorim, entre ces structures et un clinicien de confiance est une solution concrète pour répondre à la demande d’urgence des patients en souffrance avec un risque suicidaire ou une altération importante de leur rapport à la réalité.

La Consultation Publique de Psychanalyse (CPP) apparaît dans ce cadre comme un modèle dans la prise en charge psychique des patients, un modèle dont l’expérience peut être reproduite à l’échelle nationale.

La CPP de Nanterre est un dispositif qui permet aux personnes en souffrance de rencontrer un psychothérapeute ou un psychanalyste rapidement. Le paiement des consultations s’effectue selon les moyens financiers. Non seulement cette consultation permet de répondre à l’urgence mais permet d’éviter les passages à l’acte, de réduire la prescription médicamenteuse et de réduire les hospitalisations.

En effet, un traitement psychanalytique apaise véritablement et produit des effets durables de transformation et de construction. En cela, elle semble une voie bien plus humanisante et moins radicale que ne peut l’être l’hospitalisation sans consentement.

Envoyé !

Erreur serveur


Articles similaires

Derniers articles

La souffrance au travail, comment en sortir à Rueil-Malmaison ?

Soigner les changements d'humeur ou la labilité émotionnelle

Comment un psychanalyste peut aider un pubère en décrochage scolaire ?

Catégories

Création et référencement du site par Simplébo

Connexion

Prendre rendez-vous en ligneDoctolib