Accueil > Articles sur la psychothérapie > Le burn-out n'est pas un diagnostic médical, à Nanterre.

Le burn-out n'est pas un diagnostic médical, à Nanterre.



Le burn-out n'est pas un diagnostic médical, à Nanterre.

Le burn-out ? Une entité clinique ?
Ouarda Ferlicot, à Nanterre


Un article du Point intitulé « Le burn-out, un terme « fourre-tout » source de confusion » du 16 février 2016 met en lumière la façon dont l’expression « burn-out » est surexploitée.

L’Académie nationale de médecine fait état d’une expansion du terme « burn-out » source de confusion et qui fixe mal les limites de sa réalité.

Cette nomination est absente des principales nomenclatures internationales telles que le DSM (Manuel Diagnostic et Statistique des Troubles Mentaux) proposé par l’American Psychiatric Association ou la CIM (Classification Internationale des Maladies) proposée par l’OMS.

Les symptômes les plus souvent cités dans le burn-out tel que fatigue, détresse, tristesse, stress peuvent appartenir à un syndrome dépressif ou même à un syndrome anxieux. En même temps, comme le souligne le rapport, la tristesse n’est pas nécessairement révélatrice d’une dépression et un symptôme anxieux n’est pas révélateur d’un trouble anxieux. Idem pour la fatigue et l’épuisement qui ne sont pas nécessairement pathologiques.

L’Académie tranche donc : le burn-out ne peut être reconnu en tant que diagnostic médical. Il induit de la confusion plutôt qu’il n’éclaire.

Lorsque les patients entrent en psychothérapie après « un burn-out », il est régulièrement question d’une conjecture plus complexe qui amène la personne progressivement à s’embourber dans un engrenage où le « toujours plus » devient le leitmotiv : désir de reconnaissance, sentiment d’être menacé de perdre son travail souvent concomitant d’une fragilité familiale et personnelle, concurrent à ce que le patient s’acharne au travail et finissant par s’oublier.

Malheureusement, c’est souvent le corps ou l’organisme devenu malade qui vient stopper net l’être dans sa folle quête. C’est lorsque le patient commence à prendre conscience de sa responsabilité dans ce processus qu’un début d’issue pourra être trouvé.



Contactez-nous