Accueil > Articles sur la psychothérapie > La Consultation Publique de Psychanalyse (CPP) : un dispositif engageant patient et clinicien

La Consultation Publique de Psychanalyse (CPP) : un dispositif engageant patient et clinicien



La Consultation Publique de Psychanalyse (CPP) : un dispositif engageant patient et clinicien

La Consultation Publique de Psychanalyse est un dispositif qui offre la possibilité à toute personne en souffrance de rencontrer un clinicien, psychothérapeute ou psychanalyste, selon ses moyens financiers. L’accès à une consultation privée est ainsi rendu possible grâce à l’engagement du clinicien.

Ainsi les étudiants, les chômeurs mais aussi ceux touchées par la maladie psychiatrique ou organique, se trouvant le plus souvent dans une grande précarité, peuvent bénéficier d’un traitement psychique en dehors des murs de l’institution publique. Celle-ci est aujourd’hui saturée et n’est plus en capacité de proposer des soins psychiques digne et répondant à une logique clinique qui élève, lui préférant une logique comptable et financière.

A la différence d’une prise en charge par l’Etat, le patient paie le clinicien, selon ses possibilités. Cette consultation engage et responsabilise le patient mais aussi le clinicien qui prend part dans son engagement à la vie de la Cité.

La CPP est un dispositif qui a fait ses preuves et qui fonctionnent cliniquement mais aussi économiquement :
  • Les patients et psychanalysants arrivés par ce dispositif sont nombreux à retrouver un apaisement psychique et leurs symptômes diminuent. Ils peuvent ainsi reprendre leurs activités délaissées et sortir progressivement de la précarité dans laquelle ils se trouvaient. Le résultat est qu’ils peuvent s’engager dans un travail et en vivre ou même évoluer professionnellement.  Ils  augmentent alors les honoraires du clinicien et ainsi tout le monde gagne dans l’opération.

  • Le patient ou le psychanalysant trouve une personne compétente qui puisse l’écouter et conduire sa cure et le clinicien continue de se former et se forger cliniquement tout en vivant de son travail. Sans le dispositif de la CPP, le clinicien n’aurait pas accès à un certain type de clinique : décompensation psychotique, crise suicidaire, maladie organique orpheline grave en sont des exemples.

Puisque je fréquente régulièrement des étudiants en psychologie à la fois en les formant mais aussi au travers du lien que j’entretiens avec l’université, j’entends fréquemment, et cela n’était pas le cas à l’époque où j’ai effectué mes études, que les étudiants retardent leur prise de fonction et leur entrée sur le marché du travail.

Pour qu’elles raisons la hâte de pratiquer ceux à quoi l'on se destine après 5 années d'études est absente ? La première raison est qu'il n'y a pas assez de poste en institution. La seconde et non des moindre c'est qu'ils ne se sentent pas prêts à devenir clinicien parce qu’ils ne sentent pas prêt et pas assez former après l'université.

La CPP est une réponse à la formation clinique puisqu’elle est le maillon central d’une chaîne où consultation, cure personnelle, supervision, réunion clinique et groupe d’étude forment un noyau indissociable pour penser une clinique digne de ce nom.



Contactez-nous