Accueil > Consultation psychanalyste > Psychanalyste > L'interprétation des rêves en psychanalyse, Nanterre.

L'interprétation des rêves en psychanalyse, Nanterre.



L'interprétation des rêves en psychanalyse, Nanterre.

L'interprétation des rêves en psychanalyse constitue le socle de la découverte freudienne. En plus de nous fournir une oeuvre unique sur l'usage et la technique de l'interprétation des rêves, S. Freud élabore la première théorie de l'appareil psychique composé du conscient (Cs), de l'inconscient (Ics) et du préconscient (Pcs).

 

C’est en rédigeant l’Interprétation des rêves[1] que S. Freud pose les fondements de la théorie psychanalytique.

 

Cet ouvrage est inégalé à ce jour, et aucun auteur n’a été aussi loin que S. Freud dans l’étude des sources, des mécanismes ainsi que des principes techniques nécessaires à l’interprétation du rêve.

 

Partant de ses propres rêves, l’auteur poursuit l’objectif de démontrer que tous les rêves sont interprétables.

 

Pour cela, il postule que tous les rêves résultent d’un accomplissement de souhait, de la réalisation d’un désir : «… l’accomplissement de souhait est un caractère de l’activité de représentation commun au rêve et à la psychose. Mes propres investigations m’ont enseigné que c’est ici que se trouve la clé d’une théorie psychologique de rêve et des psychoses. »[2]

 

Pour analyser et interpréter un rêve et son contenu, le rêveur doit se laisser aller à associer les idées qui lui viennent à l’esprit concernant les différentes parties du rêve, en s’abstenant de toutes critiques et de tous jugements.

 

En effet, le même rêve ne peut avoir la même signification pour un autre patient. L’analyse prend en compte le contexte dans lequel a été fait le rêve et les pensées du rêveur. L’analyse de chaque fragment permet ainsi de trouver l’intention qui a provoqué le rêve. Reste à savoir comment le rêve procède ?

 

Si le rêve parait absurde, déformé, c’est qu’il reste sous l’effet de la censure. En effet, le rêve s’exprime par le biais de la métaphore pour éviter la censure. Le rêve est une sorte de rébus qu’il faut déchiffrer et interpréter.

 

« Les rêves pénibles contiennent de fait quelque chose qui est pénible à la seconde instance, mais qui accomplit en même temps un souhait de la première instance.  Ce sont des rêves de souhait dès lors que tout rêve part de la première instance, la seconde se comportant seulement vis-à-vis du rêve d’une manière défensive, non créatrice. »[3]

 

Pour procéder à cette déformation, le rêve utilise plusieurs mécanismes : le déplacement, la condensation, la figuration et d’élaboration secondaire. Ainsi, nous pouvons distinguer deux contenus : le contenu manifeste, le rêve, et le contenu latent, la traduction du rêve.

 

Par l’analyse du rêve, nous pouvons remonter aux pensées qui ont permis sa formation, comme les pensées de la veille, des éléments de la vie du rêveur mais aussi des souvenirs infantiles.

 

Ainsi l’analyse des rêves constitue la voie royale d’accès à l’inconscient selon S. Freud car il permet l’expression de désir infantile à votre insu, c’est-à-dire pendant votre sommeil, et de manière déformée, ce qui ne vous donne pas accès au sens du rêve.

 

Seule une psychanalyse, par la voie des associations libres vous permettra de trouver le sens caché de vos rêves et d’accéder aux couches les plus profondes de votre inconscient, indispensable pour l’avancée de la cure.



[1] Freud S. (1900), L’interprétation des rêves. Paris, PUF.

[2] P. 131

[3] P. 181

Contactez-nous